14 Dec, 2018
jeudi, 09 juillet 2015 20:35

Haïti/République Dominicaine : 299 ressortissant(e)s haïtiens contraints de quitter la République voisine en passant par le point frontalier de Don Juan Spécial

Des migrant (e)s haïtiens qui occupent la localité de Fond Jeannette depuis leur retour au pays,  le 7 juillet 2015 Des migrant (e)s haïtiens qui occupent la localité de Fond Jeannette depuis leur retour au pays, le 7 juillet 2015 Photo:GARR

299 migrant(e)s haïtiens dont 178 enfants, 65 hommes et 56 femmes sont revenus dans la matinée du 7 juillet 2015 à Fond Jeannette, une localité frontalière de la 2ème section communale d’Anse-à-Pitre,  voisine de Don Juan, République Dominicain,  a rapporté Jasmin Jean Kellermann, un animateur du GARR basé dans la commune frontalière d’Anse-à-Pitre.  

Originaires de Thiotte, de Grand-Gosier et de Belle Anse, Sud-est d’Haïti,  ces migrant(e) s qui vivaient dans les localités dominicaines de Pedernales et de La Manigua, ont vécu de 3 à 10 ans en territoire dominicain. Ils/elles travaillaient pour la plupart dans le secteur agricole en territoire dominicain.

Plusieurs d’entre eux travaillaient sur une même plantation agricole. Selon leurs témoignages, ils gagnaient mensuellement 3000 mille pesos dominicains.

Ils ont raconté que le patron dominicain leur a demandé de laisser la ferme parce qu’il l’a vendue à un autre propriétaire.

«Nous avons été hébergés dans des cabanes se trouvant sur la plantation. Quelques jours de cela,  le responsable nous a intimé l’ordre de partir tout en nous faisant croire que la plantation a changé de propriétaire. Pour nous forcer à partir, il avait commencé par incendier les taudis qui nous hébergeait.», ont-ils expliqué d’un air déçu.

Ces ressortissant (e)s ont indiqué n’avoir eu d’autres alternatives que de rentrer dans leur pays d’origine pour ne pas se faire agresser par des Dominicains hostiles aux haïtiens. 

« Nous avons entendu dire que nous allons être rapatrié (e)s violemment dans les prochains jours. Nous nous empressons de revenir chez nous, car nous sommes certains que nous serons bien reçu(e)s.», a martelé l’un d’entre eux.

Même s’il y a une diminution des cas de retour dits volontaires ces dernières semaines au niveau de la frontière, les bureaux régionaux du GARR continuent d’enregistrer des rapatriements avec des cas de séparation de famille.

A Belladère, 7 ressortissant(e)s haïtiens dont une mère avec ses deux enfants ont été rapatriés, le 8 juillet 2015, par des militaires dominicains. Ces personnes habitaient à San Juan de la Maguana, une province dominicaine.

Selon les témoignages recueillis par Ulrick Camille, animateur du GARR à Belladère, la dame et ses enfants avaient été emmenés de force à la frontière. Son mari qui ne revenait pas encore du travail est resté actuellement en République Dominicaine. Elle était complètement bouleversée parce qu’elle ne pouvait établir aucun contact avec son compagnon.

Encore une fois, le GARR exhorte les autorités dominicaines à faire montre de bonne foi en respectant le Protocole d’accord sur les mécanismes de rapatriements. Ce qui pourrait éviter les cas de séparation de familles et la destruction des biens des rapatrié(e)s dans ces opérations souvent entachées de violations de droits de la personne.

blog comments powered by Disqus
Dernière modification le jeudi, 09 juillet 2015 20:50

Media

blog comments powered by Disqus

Login Form



mobil porno rokettube porno video porno izle