[GARR Haïti] - Groupe d'Appui aux Rapatriés et Réfugiés - [GARR Haïti] - Groupe d'Appui aux Rapatriés et Réfugiés - Organisations Partenaires Le Groupe d'Appui aux Rapatriés et Réfugiés (GARR) est une plate-forme d'associations et d'organisations non gouvernementales travaillant sur la problématique de la migration. Tout en n'excluant pas les autres pôles de migration, le GARR concentre ses efforts sur la République Dominicaine où vivent de nombreux immigrants haïtiens et leurs descendants dans des situations déplorables. https://www.garr-haiti.org Fri, 19 Oct 2018 09:09:50 +0000 Joomla! - Open Source Content Management fr-fr Haïti/Etats-Unis : Vers un ouf de soulagement pour les bénéficiaires du Statut de Protection Temporaire (TPS) https://www.garr-haiti.org/index.php/nouvelles/actualite/item/2012-haïti-etats-unis-vers-un-ouf-de-soulagement-pour-les-bénéficiaires-du-statut-de-protection-temporaire-tps https://www.garr-haiti.org/index.php/nouvelles/actualite/item/2012-haïti-etats-unis-vers-un-ouf-de-soulagement-pour-les-bénéficiaires-du-statut-de-protection-temporaire-tps Photo: Google

Dans une injonction faite le 3 octobre 2018, Edward Chen, un juge fédéral de Californie, a appelé les autorités américaines à surseoir à la décision de mettre fin au programme de TPS dont sont bénéficiaires environ 58,000 migrantes et migrants haïtiens, a appris le GARR.

Edward Chen a indiqué avoir agi ainsi pour éviter aux bénéficiaires du programme et leurs enfants de subir des dommages irréparables.

Cette mesure judiciaire fait suite à une requête qui avait été déposée par des avocats de l’American Civil Liberties Union de Californie du Sud, du réseau NDLON (National Day Laborer Organizing Network) et d’un cabinet d’avocats privé au nom des bénéficiaires du TPS issus de quatre pays : Haïti, Salvador, Soudan et le Nicaragua. 

Selon les avocats, la décision du juge fédéral de suspendre temporairement l’annulation du TPS constitue un nouvel espoir pour les centaines de milliers bénéficiaires du programme qui vivent sous la menace constante d’expulsion des Etats-Unis. Cependant, elle est aussi une incertitude accrue.

Lors d’une conférence téléphonique tenue par l'Alliance nationale TPS, le 4 octobre 2018, Emi  MacLean, co-directrice juridique de NDLON, s’est dit réjouie de cette mesure.

« Cette décision est préliminaire. Nous devrons continuer à défendre devant les tribunaux, dans les rues et à Washington.», a-t-elle indiqué.

Marleine Bastien, directrice exécutive de Fanm Ayisyèn nan Miami, une organisation travaillant avec les migrants bénéficiaires du TPS aux Etats-Unis, a applaudi l’ordonnance du juge.

«Je félicite le juge Chen pour son courage. Je le remercie pour cet ouf de soulagement qu'il a apporté à des centaines de milliers de familles, y compris leurs enfants nés aux Etats-Unis d’Amérique. Car  la décision de l'administration Trump de mettre fin au TPS a été fondée sur le racisme et la xénophobie.», a déclaré  la militante des droits humains.

La décision ne s’étend que pour la durée du procès en Californie. La prochaine audience dans cette affaire est fixée au vendredi 26 octobre 2018.

Par ailleurs, l’administration Trump a déjà annoncé qu’elle ferait appel de l’ordonnance. Le porte-parole du ministère de la justice, Devin O'Malley, a déclaré que la décision «usurpe le rôle du pouvoir exécutif».

Le GARR salue la décision du juge Edward Chen,  favorable aux immigrantes et immigrants concernés par le TPS. Il appelle à la mobilisation en vue d’une solution durable et respectueuse des droits humains.

]]>
jmichel@garr-haiti.org (Josue Michel) Actualité Tue, 09 Oct 2018 19:24:51 +0000
Tenue de la 7ème table de concertation à Belladère https://www.garr-haiti.org/index.php/nouvelles/garr/item/2011-tenue-de-la-7ème-table-de-concertation-à-belladère https://www.garr-haiti.org/index.php/nouvelles/garr/item/2011-tenue-de-la-7ème-table-de-concertation-à-belladère Photo: GARR

La Mairie de Belladère (Centre) en partenariat avec le GARR et OXFAM a organisé, le 13 août 2018, la 7ème table de concertation communale. Cette activité visait la mise en place d'un mécanisme de discussions autour des problèmes auxquels fait face la communauté de Belladère.

Communication sur l’état d’avancement des micro-projets institués dans le cadre du projet San Fòs Kote (FSFK),  communication sur l’état d’avancement de l’initiative liée à la foire éco-touristique et formation des commissions de suivi sur les activités de commémoration du 70ème anniversaire de la commune, ont été entre autres au menu des discussions.

Des représentantes et représentants de l’administration publique, d’organisations communautaires de base (OCB), des autorités locales et des travailleurs de presse ont été au rendez-vous.

Au terme de la rencontre, trois (3) commissions de suivi ont été formées. Il s'agit des commissions d’assainissement et de restauration, de sensibilisation et de sécurité. Elles auront pour mission de travailler notamment pour la pleine réussite de la commémoration du 70ème anniversaire de Belladère. 

]]>
jmichel@garr-haiti.org (Josue Michel) GARR Mon, 08 Oct 2018 19:28:09 +0000
Haïti/Journée mondiale de l’habitat : Un sit-in organisé pour réclamer justice et réparation en faveur des familles victimes de Pèlerin 5 https://www.garr-haiti.org/index.php/nouvelles/actualite/personnes-deplacees/item/2009-haïti-journée-mondiale-de-l’habitat-un-sit-in-organisé-pour-réclamer-justice-et-réparation-en-faveur-des-familles-victimes-de-pèlerin-5 https://www.garr-haiti.org/index.php/nouvelles/actualite/personnes-deplacees/item/2009-haïti-journée-mondiale-de-l’habitat-un-sit-in-organisé-pour-réclamer-justice-et-réparation-en-faveur-des-familles-victimes-de-pèlerin-5 Des participantes et participants au sit-in du 1er octobre 2018 à Pèlerin 5

A l’occasion de la commémoration de la Journée mondiale de l’habitat, le lundi 1er octobre 2018, des organisations de la société civile haïtienne dont Konbit Ayisyen pou Lojman Altènatif (KAYLA) ont organisé un sit-in à Pèlerin 5, à proximité de la résidence du président haïtien, Jovenel Moïse. Cette activité à laquelle a pris part le GARR, visait notamment à réclamer justice et réparation pour les familles dont les maisons ont été détruites le 3 juillet 2018.

Brandissant une banderole et des pancartes préparées en cette occasion, les participantes et participants ont scandé pacifiquement des slogans pour dénoncer les préjudices qui ont été causés aux victimes de Pèlerin 5.

« Justice et réparation pour les victimes ! Nous sommes fatigués de dormir à la belle étoile. Unissons-nous pour le respect du droit au logement garanti par la Constitution du 29 mars 1987 en son article 22. »,   pouvait-on lire sur des pancartes.

Joinès Julis et Gesner Valsaint, deux des victimes qui répondaient aux questions du GARR,  ont déclaré que depuis la démolition de leurs maisons, ils dorment à la belle étoile avec leurs enfants.

Ils en ont profité pour demander aux autorités haïtiennes de pencher sur le sort des victimes  dont les droits ont été violés dans l’incident malheureux du 3 juillet 2018.

Reyneld  Sanon, Directeur exécutif de KAYLA, a critiqué le comportement des autorités policières qui ont démoli les maisons de paisibles citoyens sur ordre du commissaire du gouvernement près le tribunal civil de Port-au-Prince, Me Ocname Clamé Daméus.

M. Sanon plaide en faveur de l’indemnisation des familles victimes  qui ont droit à un logement décent.

Tout en condamnant ce qui s’était produit à Pèlerin 5 en juillet 2018, le GARR estime qu’il est urgent que l’actuel gouvernement haïtien rencontre les familles victimes afin d’agir en leur faveur.

Le premier lundi d’octobre de chaque année est désigné Journée mondiale de l’habitat par l’Assemblée Générale des Nations Unies dans sa résolution 40/202 du 17 décembre 1985. Cette journée met l’accent sur le droit fondamental de tous et de toutes à un logement adéquat et rappelle également à la communauté internationale sa responsabilité collective dans l’avenir de l’habitat humain.  

 

]]>
jmichel@garr-haiti.org (Josue Michel) Personnes Déplacées Mon, 01 Oct 2018 20:24:24 +0000
République dominicaine 5 ans après le prononcé de l’Arrêt TC 168-13, les victimes se retrouvent encore apatrides https://www.garr-haiti.org/index.php/nouvelles/actualite/haiti-rd-relations-fr/item/2008-république-dominicaine-5-ans-après-le-prononcé-de-l’arrêt-tc-168-13-les-victimes-se-retrouvent-encore-apatrides https://www.garr-haiti.org/index.php/nouvelles/actualite/haiti-rd-relations-fr/item/2008-république-dominicaine-5-ans-après-le-prononcé-de-l’arrêt-tc-168-13-les-victimes-se-retrouvent-encore-apatrides Photo: Google

23 septembre 2013 - 23 septembre 2018, cela  fait 5 ans depuis que la Cour constitutionnelle dominicaine a prononcé l’arrêt génocidaire 168-13. Selon un rapport publié en 2015 par  le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR),  cette mesure a jeté dans l’apatridie plus de 133 000 Dominicain-e-s d’origine haïtienne.

Depuis l'entrée en vigueur de cette sentence arbitraire et discriminatoire, les personnes dénationalisées continuent de vivre dans l’inquiétude.

La loi de naturalisation 169-14 de l’administration Danilo Medina qui était censée venir  améliorer le sort des victimes, ne fait que compliquer davantage leur situation en fonction de son caractère restrictif en termes de droits humains.

Aujourd’hui encore, la confusion persiste au sein de la société dominicaine en ce qui concerne la catégorisation des personnes en groupes A et B. Selon des organisations dominicaines membres de la Commission de Concertation Haïtiano Dominicaine (CCHD), il n’existe pas vraiment un groupe homogène qui serait A ou B comme veulent faire croire les autorités dominicaines.

Pour le groupe dit « A », il y a deux profils : ceux qui sont enregistrés et dont les documents sont retranscrits dans un autre registre et ceux qui sont non-enregistrés. Pour le groupe dit «  B », les concernés doivent se faire naturaliser, mais ils doivent avoir des documents de leur pays d’origine.  Ce qui vient compliquer la situation des personnes affectées.

Le GARR regrette que cinq ans après le prononcé de la sentence raciste de la Cour constitutionnelle dominicaine, le flou persiste encore sur l’avenir des personnes dénationalisées.

Il est urgent que l’Etat dominicain reconnaisse l’existence des problèmes générés par la sentence TC 168-13 et apporte des solutions efficaces et durables, respectueuses des droits fondamentaux de la personne.

]]>
jmichel@garr-haiti.org (Josue Michel) Haïti-République dominicaine Relations Mon, 24 Sep 2018 20:50:08 +0000
Haïti/Choléra: 4 décès et 175 cas d’infection enregistrés à Cornillon/Grand-Bois dans l’espace de 3 moins https://www.garr-haiti.org/index.php/nouvelles/actualite/item/2007-haïti-choléra-4-décès-et-175-cas-d’infection-enregistrés-à-cornillon-grand-bois-dans-l’espace-de-3-moins https://www.garr-haiti.org/index.php/nouvelles/actualite/item/2007-haïti-choléra-4-décès-et-175-cas-d’infection-enregistrés-à-cornillon-grand-bois-dans-l’espace-de-3-moins Vue d'un CTC à Lascahobas

Le choléra continue de progresser à Cornillon/Grand-Bois (Ouest). Du 14 juin au 19 septembre 2018,  4 personnes ont été tuées et 175 autres infectées par cette épidémie à Boucan Bois Pin, 2ème section de cette commune frontalière, a rapporté Vanessa Michaëlle Florial, animatrice du GARR.

Les personnes décédées (2 hommes, 1 femme et 1 garçonnet) viennent des localités de Polyte et de Source Félix. Leurs parents ont marché pendant plus de 3 heures en les transportant sur des civières pour atteindre le Centre de santé Saint Vincent de Paul. Malheureusement,  elles n’ont pas eu la vie sauve.

Le Centre de santé Saint Vincent de Paul se trouve à la localité de La Pointe, 1èresection Boucan Bois Pin. Il est l’unique institution sanitaire qui fonctionne au niveau de la commune de Cornillon/Grand-Bois.

Les personnes infectées (48 hommes, 42 femmes, 43 garçonnets et 42 fillettes) sont originaires de Liane Doko,  Gros Dos, Marre-Rouge, Pâque, Figue,  Mathurin et de Génipailler.

La majorité d’entre elles ont déjà regagné leur domicile. Les autres continuent de se faire soigner au CTC (Centre de Traitement de Choléra) se trouvant à Savann Bonm et au Centre de santé Saint Vincent de Paul.   

Il convient de souligner que les pluies diluviennes qui s’abattent ces derniers jours sur Haïti notamment sur les villes de province, viennent augmenter les cas d’infection au choléra dans  le pays.

Le GARR attire l’attention des autorités sanitaires haïtiennes sur l’urgente nécessité d’ouvrir de nouveaux CTC dans la 2ème section Boucan Bois Pin particulièrement dans les localités de Figue et de Génipailler.

Il en profite pour plaider en faveur d’une campagne de sensibilisation nationale en vue de  combattre l’épidémie qui a déjà causé la mort de plusieurs milliers d’Haïtiens et d’Haïtiennes.

]]>
jmichel@garr-haiti.org (Josue Michel) Actualité Thu, 20 Sep 2018 18:28:58 +0000
Réouverture du point frontalier Carisal/Comendor https://www.garr-haiti.org/index.php/nouvelles/actualite/haiti-rd-relations-fr/item/2006-réouverture-du-point-frontalier-carisal-comendor https://www.garr-haiti.org/index.php/nouvelles/actualite/haiti-rd-relations-fr/item/2006-réouverture-du-point-frontalier-carisal-comendor La frontière de Carisal/Comendador

Les activités ont repris le lundi 17 septembre 2018 à la frontière de Carisal/Comendador. La présence de camions transportant des marchandises provenant d’Elias Piña, République Dominicaine, a été constatée sur le territoire haïtien.

Les commerçant-e-s ont pu effectuer leur transaction comme à l’ordinaire ce lundi jour de marché frontalier dominicain d’Elias Piña.

Le bureau de la douane haïtienne a aussi fonctionné contrairement au vendredi 14 septembre 2018 où les activités ont été perturbées.

Cela était dû, on se le rappelle, à une altercation opposant des agents douaniers de Belladère à un camionneur haïtien. Ce dernier refusait de laisser contrôler sa cargaison de marchandises qu’il transportait en provenance du territoire voisin.

Des policiers basés à Carisal avaient lancé du gaz lacrymogène au point que le camion aurait été brulé sur le coup.

Ce qui avait contraint le directeur de la douane de quitter son bureau lorsqu’une vingtaine de résidents étaient venus apporter leur solidarité avec le transporteur.

Des tirs sporadiques avaient été entendus du côté des manifestants et du côté des agents policiers qui entendaient mater ce mouvement pour avoir le contrôle de la situation. La frontière de Carisal/Comendador allait être fermée au cours de l’incident.

Le GARR regrette que des transporteurs haïtiens continuent d’enfreindre les principes relatifs à l’importation de marchandises de la République Dominicaine lorsqu’il prend en compte les incidents survenus le 18 août 2018. https://news.garr-haiti.org/index.php/rapports/file/67-rapport-du-garr-sur-l-incident-survenu-a-la-frontiere-de-belladere-le-18-aout-2018?start=40

Il en profite pour appeler au renforcement de l’effectif des policiers au niveau des différents points frontaliers en vue de combattre la contrebande qui a déjà causé trop de torts à la population haïtienne.  

]]>
jmichel@garr-haiti.org (Josue Michel) Haïti-République dominicaine Relations Mon, 17 Sep 2018 20:42:19 +0000
Vent de panique à la frontière de Carisal/Comendador https://www.garr-haiti.org/index.php/nouvelles/actualite/item/2005-vent-de-panique-à-la-frontière-de-carisal-comendador https://www.garr-haiti.org/index.php/nouvelles/actualite/item/2005-vent-de-panique-à-la-frontière-de-carisal-comendador Vent de panique à la frontière de Carisal/Comendador

Une situation de tension a régné entre 12 :30 et 13 :00 à la frontière de Carisal/Comendador le vendredi 14 septembre 2018. A l’origine, un camionneur haïtien dont l’identité n’a pas été révélée a refusé aux agents douaniers haïtiens de contrôler ses marchandises en provenance de la République Dominicaine.

En réaction, des policiers haïtiens basés à la frontière ont lancé du gaz lacrymogène en direction du véhicule du transporteur qui aurait pris feu sur le coup.

En signe de solidarité, une vingtaine de résidents du point frontalier de Belladère ont manifesté devant les locaux de la douane obstruant ainsi l’entrée de l’institution.

Les agents douaniers ont  lancé du gaz lacrymogène pour disperser la foule afin d’évacuer le directeur de son bureau.

Des tirs nourris ont été entendus. Ce qui a provoqué un vent de panique ayant occasionné le blocage des activités à la frontière.

]]>
jmichel@garr-haiti.org (Josue Michel) Actualité Fri, 14 Sep 2018 20:36:23 +0000
Haïti : 3 personnes tuées et 3 autres blessées à Belladère lors d’un orage https://www.garr-haiti.org/index.php/nouvelles/actualite/item/2004-haïti-3-personnes-tuées-et-3-autres-blessées-à-belladère-lors-d’un-orage https://www.garr-haiti.org/index.php/nouvelles/actualite/item/2004-haïti-3-personnes-tuées-et-3-autres-blessées-à-belladère-lors-d’un-orage Vue des décharges de la foudre

Les décharges de foudre ont causé la mort de Nicaisse Antoine, Rony Jean et de Lucien Vincent dans l’après-midi du 13 septembre 2018 à Lassève, une localité de la 3ème section communale de Belladère (Centre). Botreilson Frédéric, Thalande Tibaut et Mackenson Calandre ont été blessés en la même circonstance.

Selon les informations rapportées par Rigard Orbé, représentant du GARR à Belladère, l’incident regrettable est survenu au moment où les victimes jouaient au domino sur la place publique se trouvant à l’entrée de Lassève.

Les cadavres des personnes tuées ont été remis à leurs parents suite au constat légal effectué par un juge de paix de la commune.

Les blessés ont été transportés d’urgence à un centre hospitalier de Belladère. Deux d’entre eux se trouvent pour l’instant chez eux après avoir été soignés tandis que l’autre est gardé en soins intensifs.

Notons que ce n’est pas la première fois que la commune de Belladère est frappée par de tels incidents.  Le 29 avril 2017, lors des pluies diluviennes qui s’abattaient sur le pays, Elicien Ladouceur, un quinquagénaire, sa femme ainsi qu’un enfant avaient eux aussi été tuées dans la même circonstance.

Le GARR présente ses sympathies aux parents des victimes et  en profite pour appeler à la vigilance au moment de la période cyclonique afin d’éviter de telle tragédie.

]]>
jmichel@garr-haiti.org (Josue Michel) Actualité Fri, 14 Sep 2018 16:33:48 +0000
Formation sur la Citoyenneté Engagée au profit des leaders communautaires de Belladère https://www.garr-haiti.org/index.php/nouvelles/actualite/item/2003-formation-sur-la-citoyenneté-engagée-au-profit-des-leaders-communautaires-de-belladère https://www.garr-haiti.org/index.php/nouvelles/actualite/item/2003-formation-sur-la-citoyenneté-engagée-au-profit-des-leaders-communautaires-de-belladère Des participantes et participants à la formation

Le Groupe d’Appui aux Rapatriés et Réfugiés (GARR) a organisé du 29 au 31 août 2018 trois journées de formation sur la citoyenneté engagée au profit des leaders communautaires de Belladère (Centre).  30 personnes (15 hommes et 15 femmes) issues de seize organisations communautaires de base de San-Pèdre, Lassève,  Baptiste, Croix-Fer,  Roy-Sec,  Cachiman,  Rocher et du Centre-ville de Belladère ont pris part à ces séances.

Cette formation visait notamment à sensibiliser les participant-e-s sur leurs responsabilités en tant que leaders communautaires et les inciter à s'engager activement pour l’amélioration des conditions de vie des résident-e-s de leur communauté.

A la fin de la formation, les participants-es se sont montrés très satisfaits. Ils ont indiqué qu’ils vont travailler en synergie afin de mettre au service de la population de Belladère les notions qui leur ont été inculquées.

Animée par Wiskins Pierre et Rigard Orbé, respectivement officier de projet et responsable de Plaidoyer au GARR, cette formation a été organisée dans le cadre du Projet Fwontyè San Fòs Kote (FSFK) exécuté par le GARR et Oxfam Italia avec l’appui financier de l’Union Européenne.

]]>
jmichel@garr-haiti.org (Josue Michel) Actualité Mon, 10 Sep 2018 15:58:19 +0000
Visite en Haïti d’une délégation du Mouvement des Femmes Dominico-Haïtiennes https://www.garr-haiti.org/index.php/nouvelles/actualite/haiti-rd-relations-fr/item/2002-visite-en-haïti-d’une-délégation-du-mouvement-des-femmes-dominico-haïtiennes https://www.garr-haiti.org/index.php/nouvelles/actualite/haiti-rd-relations-fr/item/2002-visite-en-haïti-d’une-délégation-du-mouvement-des-femmes-dominico-haïtiennes La délégation dominicaine accompagnée des représentants du GARR et du SJM

Une délégation du Mouvement des Femmes Dominico-Haïtiennes (MUDHA) a été en Haïti du 29 au 31 août 2018. Cette visite s’inscrit dans le cadre du renforcement des liens existant entre ladite organisation dominicaine des droits humains et celles travaillant dans le domaine de la migration haïtienne en République Dominicaine. Conduite par Cristiana Luís Francisca, présidente de MUDHA, cette délégation en a profité pour rencontrer le Directeur des affaires dominicaines du Ministère des Affaires Etrangères, Joseph Pierre Lamothe.

Dans leurs discussions avec le GARR, les représentantes de MUDHA se sont montrées très préoccupées par la fin du second moratoire relatif au Plan National de Régularisation des Etrangers (PNRE). Selon elles, le non renouvellement dudit programme aura pour conséquence d’intensifier les rapatriements d’Haïtiens/Haïtiennes à la frontière.

Les responsables de MUDHA ont mis en question les données statistiques communiquées par la presse dominicaine qui parle de 240,000 migrants haïtiens bénéficiaires du PNRE.

Jenny Carolina Moron, responsable du département juridique et des droits de l’homme  à MUDHA, estime qu’il y a très peu de migrantes et migrants haïtiens qui sont bénéficiaires du programme. Cela est dû au manque de clarté dans les informations communiquées aux migrantes et migrants bénéficiaires par les autorités dominicaines. Tout cela montre, selon elle,  que l’Etat dominicain n’avait pas la volonté de permettre à bon nombre de migrantes et migrants haïtiens de se régulariser.

Il convient de souligner que la Direction générale de la migration dominicaine a annoncé à la fin du mois d’août 2018 que les migrants qui ont réussi à déposer leurs documents dans le cadre du second moratoire ont jusqu’au 10 octobre 2018 pour recevoir une réponse.

MUDHA appelle les autorités haïtiennes et dominicaines à s’asseoir en vue de trouver une solution favorable à des centaines de milliers de migrantes et migrants qui sont sous la menace de déportations dans les jours à venir. 

]]>
jmichel@garr-haiti.org (Josue Michel) Haïti-République dominicaine Relations Fri, 07 Sep 2018 20:22:12 +0000