pornolar sibel kekilli pornoları travesti porno sex videoları hd pornolar pornhub porno türbanlı sex seks hikaye türk seks hikaye seks fantezileri türbanlı seks hikaye erotik hikaye amat�r sex lezbiyen sikiş hd porno gay porno porno film izle rus porno sex izle t�rk pornolar asyali porno hd porno film izle mobil pornolar sik yalama canlı sohbet telefon sex telefonları seks itiraf cinsel hikaye porno hikaye türbanlı seks hikayeleri seks hikayeleri
18 Jan, 2018

Les autorités dominicaines continuent avec les opérations de rapatriements  d’Haïtiens/Haïtiennes à la frontière haïtiano-dominicaine. Pour le mois d’octobre 2015, dans le cadre d’un travail conjoint de monitoring, le GARR, le Service Jésuite aux Migrants (SJM), le Réseau Frontalier Jeannot Succès (RFJS) et l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) ont enregistré 4344 rapatriés et 4258 cas de retours spontanés dits volontaires au niveau de la frontière.

Une situation de tension a régné aux environs de 6 heures 30 dans la matinée du jeudi 25 juin 2015, à la frontière de Belladère/Elias Piña.  A l’origine, un  chauffeur de taxi moto dénommé, Mercidieu Bazin, 31 ans, a été battu par des soldats dominicains, selon une source digne de foi.  

Depuis le début de l’année 2015,  la 3ème brigade des forces armées nationales dominicaines, basée à San Juan de la Maguana et celle de la 5ème dont le siège est à Barahona ont entamé conjointement avec la direction générale de la Migration, une persécution contre les étrangers, notamment les Haïtiens résidant et travaillant dans le sud du pays depuis de nombreuses années. Hier lundi 6 avril, des militaires dominicains ont menée une opération aux villes de Neyba, Barahona et Jimani où ils ont intercepté 57 ressortissants haïtiens. Ces derniers ont juste laissé leur emploi, se promenaient dans la rue quand un camion de l’armée nationale dominicaine se dirigeait vers eux. Cette pratique des autorités, empêche aux gens d’avoir accès au Plan National de Régularisation dont des milliers de personnes doivent bénéficier. Il ya quelques jours, l’armée nationale dominicaine avait commenté avoir rapatrié 40,000 personnes en seulement 70 jours, ce qui ne serait pas conforme aux procédures d’immigration et par conséquent, constituerait un obstacle pour l’accès à un statut régulier.

Christiane, une commerçante haïtienne de 25 ans, a été blessée au bras gauche par un projectile provenant d’une arme d’un militaire dominicain, le vendredi 27 mars 2015. L’incident est survenu à Cité 9, communément appelée Nan Refijye, commune d’Anse-à-Pitre (Sud-est d’Haïti). Cette zone est voisine de La Cuarenta, une localité frontalière dominicaine de Pedernales (République Dominicaine), a appris le GARR. 

Des militaires dominicains ont rapatrié, ce jeudi 5 mars, 16 ressortissants-es haïtiens dont 12 hommes et 4 femmes à la frontière de Belladère/Elias Piña. Accueillies aux environs de 2h pm, au bureau du GARR à Belladère, ces personnes étaient dans un état très critique. Selon leurs déclarations, elles avaient été enfermées par les autorités dominicaines pendant deux jours sans manger à la prison d’Azua, une province de la République Dominicaine.

 

Au cours d’une conférence de presse donnée à Port-au-Prince, à l’occasion de la célébration du 66ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, le 10 décembre 2014, le Réseau Frontalier Jeannot Succès (RFJS) a présenté divers cas de violations de droits humains enregistrés à la frontière et dans des communes frontalières.  Il en a profité pour exhorter les autorités haïtiennes à travailler pour que le respect des droits humains devienne une réalité à la frontière haïtiano-dominicaine.

Le Centre Robert  F. Kennedy (RFK) a exprimé ses inquiétudes par rapport  à l’application  discriminatoire  de nouvelles politiques d’immigration aux Bahamas. Selon les informations collectées par cet organisme de droits humains, les agents de l’immigration bahamienne ont mené des raids d’arrestation massive au sein de la communauté migrante haïtienne aux Bahamas, les 1er et 2 novembre 2014. Ils ont par la suite augmenté leur présence aux alentours des écoles publiques où il y a une forte concentration d’élèves nés de parents haïtiens.   

 

Publié dans Migrants

Des habitants de la commune frontalière d’Anse-à-Pitre (Sud-est) ont déploré l’agression physique dont a été victime Magdala Gabriel, 26 ans, une nourrice de 4 mois, de la part d’un policier de l’Unité Départementale de Maintien de l’Ordre (UDMO), le vendredi 18 juillet 2014. Cet incident est survenu suite à l’évasion le même jour de Gary, le mari de la victime, de la prison du commissariat de cette commune,  a appris le GARR.

Publié dans Actualité

Dans un communiqué de presse publié le 5 mai 2014, la Commission interaméricaine des droits de l’homme  (CIDH) s’est prononcée sur la nécessité d’obtenir accès à des documents officiels détenus par l’État haïtien et par des gouvernements étrangers sur le régime de l’ancien président à vie haïtien, Jean Claude Duvalier. Selon la Commission, les obstacles juridiques et administratifs qui entravent l’accès à ces documents doivent être éliminés afin de soutenir les processus pour déterminer la responsabilité individuelle et de l’État de ces graves violations des droits humains qui ont marqué ce régime.


 

Ci-joint l’intégralité du communiqué :

Publié dans Droits de l'Homme

Les autorités dominicaines ont reconduit 14765 Haïtiens/Haïtiennes dont plus de 8300 à la frontière de Ouanaminthe/Dajabon (Nord-est d’Haïti), de janvier à décembre 2013, selon les chiffres communiqués par l’organisme Solidarite Fwontalye basé à Ouanaminthe. Au Portail frontalier de Belladère/Elias Piña (Centre), 4662 personnes rapatriées ont été observées par le GARR durant la même période. A la frontière de Malpasse (Ouest), 653 personnes reconduites ont été remarquées par le Service Jésuite aux Migrants de Fonds-Parisien (SJM) pour les six derniers mois de l’année 2013. Tandis que pour seulement le mois de novembre de l’année écoulée, 1150 personnes rapatriées ont été recensées par le GARR à la frontière de Malpasse. Au nombre de ces rapatriés, 803 ont été reconduits volontairement aux différents points informels de la commune frontalière de Cornillon sur fonds de tension et de crainte de représailles.

 

Login Form



pornolar hizli porno erotik porno porno dergisi satilik yavru kopek satilik yavru kopekleri satilik yavru kopek kopek pansiyonlari kopek pansiyonlari kopek pansiyonlari kopek oteli