21 Nov, 2019

Cet article est une réédition en raison d’une erreur qui s’est glissée dans le traitement des données collectées.    

La fin du Plan national de régularisation des étrangers (PNRE) s’est soldée par des opérations massives de rapatriement d’Haïtiens à la frontière haïtiano-dominicaine. Au cours des sept derniers mois de l’année 2015, 22599 rapatriés et 32952 cas de retours spontanés dits volontaires avaient été recensés par le GARR.

Sous l’égide du Syndicat de l’Union des Travailleurs de Canne en République Dominicaine (UTC) et de l’organisation Batay Ouvriye, environ une vingtaine de personnes ont pris part à un sit-in, le 15 décembre 2015, devant les locaux de la Primature. Par ce mouvement, les organisateurs entendent exiger de l’Etat haïtien des documents d’identité pour lesquels les migrants ont déjà versé chacun la somme de 1000 pesos dans le cadre du Programme d’Identification et de documentation des Immigrants Haïtiens(PIDIH).

Publié dans Migrants

Dans une note publiée le 31 juillet 2015, la Commission Nationale de la Pastorale pour les Migrants, une entité de la Conférence Episcopale Dominicaine (CED) a invité les deux Etats de l’Île à reprendre le dialogue dans un climat de transparence et de respect mutuel. Ce qui permettra de conserver de bons rapports  et derésoudre la crise de l’immigration existant entre les deux pays.

Dans une interview accordée à CNN,  le 15 juillet 2015, le Secrétaire général de l’Organisation des Etats américains, l’Uruguayen Luis Almagro, a déclaré que l’OEA souhaiterait tenir une rencontre conjointe avec les autorités haïtiennes et dominicaines en vue d’une solution définitive à la crise migratoire entre les deux pays voisins.

Le Bureau du Plan de Régularisation de la province d’Indépendancia a ouvert ses portes le 26 juin 2015 mais ne dispose pas d'équipement nécessaire pour orienter, aider, conseiller des migrants ou recevoir leurs documents. C’est une manœuvre du ministère de l'Intérieur et la Police dominicaine pour semer la confusion et induire en erreur l'opinion publique nationale et internationale. Cette institution a demandé aux employés de ce bureau, qui ont été nommés l'année dernière et intégrés depuis plusieurs mois sans avoir travaillé un seul jour d’ouvrir les bureaux, de respecter les heures de travail, mais de ne pas s’adresser à toute personne qui s'approche d'eux.

Plusieurs organisations dominicaines et haïtiennes montent au créneau contre la démarche de la République Dominicaine de procéder à des rapatriements massifs à la fin du PNRE. A maintes reprises, ces organisations réclament une prolongation du PNRE complétée par une révision des documents exigés afin d’éviter à Haïti une catastrophe humanitaire.

Au cours d’une conférence de presse donnée à Port-au-Prince, le 20 mai 2015, la Christian Visionary International Ministry (CVIM) a manifesté ses inquiétudes par rapport au dossier des migrants-es haïtiens qui sont sur le point d’être massivement rapatriés à la frontière à partir du 16 juin prochain.

Le GARR a tenu une mission de suivi du Plan national de régulation des étrangers en situation de migration irrégulière (PNRE) et du Programme de documentation des immigrants haïtiens (PIDIH) à Santo Domingo, du 19 au 23 avril 2015. Cette mission visait à observer notamment, dans une perspective de droits humains, la réalité des migrants-es haïtiens qui sont à risque d’être rapatriés-es en grand nombre à la date butoir du PNRE, le 15 juin 2015.

Nous, représentants/représentantes d’associations et d’organisations de la sociétécivile d’Haïti et de République Dominicaine, œuvrant pour le droit, la justice, le respect mutuel et des relations harmonieuses entre les deux peuples et Etats qui partagent notre île, réunis àBelladère, Haïti, le 17 mars 2015 pour réfléchir sur la situation actuelle des relations entre les deux pays, avions réaffirménotre engagement de continuer àtravailler pour la paix, la concertation et la résolution, dans le dialogue, de tout problème qui concerne ces relations.

L’ambassadeur Fritz Cinéas qui intervenait au micro des journalistes dominicains, le 11 décembre 2014,  s’est montré préoccupé de la lenteur du Programme National de Régularisation des Etrangers (PNRE) initié par l’Etat dominicain, le 2 juin 2014. Le diplomate haïtien qui a déclaré que le nombre de citoyens/citoyennes inscrits est très faible, a exhorté le pouvoir exécutif dominicain à prolonger la date du PNRE afin  que toutes les personnes concernées par ce programme puissent être régularisées.

 

Page 1 sur 2

Login Form



mobil porno rokettube porno video porno izle