pornolar sibel kekilli pornoları travesti porno sex videoları hd pornolar pornhub porno türbanlı sex seks hikaye türk seks hikaye seks fantezileri türbanlı seks hikaye erotik hikaye amat�r sex lezbiyen sikiş hd porno gay porno porno film izle rus porno sex izle t�rk pornolar asyali porno hd porno film izle mobil pornolar sik yalama canlı sohbet telefon sex telefonları seks itiraf cinsel hikaye porno hikaye türbanlı seks hikayeleri seks hikayeleri
14 Dec, 2017
dimanche, 26 mai 2013 01:01

Un projet pour combattre la violence et protéger la santé reproductive des femmes de Belladère Spécial

Sergia Galvan, Directrice de la Colectiva y Mujer y Salud et Colette Lespinasse du GARR , lors du lancement du projet Sergia Galvan, Directrice de la Colectiva y Mujer y Salud et Colette Lespinasse du GARR , lors du lancement du projet Geralda Sainville

« Amélioration des conditions de vie des femmes vivant dans la zone frontalière de Belladère » c’est le titre d’un nouveau projet  qui a été lancé dans cette commune par le Groupe d’appui aux Rapatriés et Réfugiés(GARR) en partenariat avec l’organisation dominicaine Colectiva Mujer y Salud, et la fondation espagnole CIDEAL établie également en République Dominicaine.

 

 

 

 

 

 

 

 « La situation des femmes à la frontière a toujours été une préoccupation pour le GARR », a soutenu Colette Lespinasse, la coordonnatrice de l’institution, lors du lancement officiel de ce projet, le 15 mai 2013. Selon Mme Lespinasse, les femmes marchandes évoluant dans l’aire frontalière subissent différentes formes de violences. Ces violations se situent à plusieurs niveaux notamment lors des rapatriements, des trafics de personnes, et des échanges commerciaux dans les marchés frontaliers. Ce projet sera un moyen à la fois pour lutter contre ces phénomènes qui affectent les femmes et pour renforcer leur capacité à défendre leurs droits, selon la militante des droits humains

Les organisations partenaires contribueront de manière spécifique au bon déroulement du projet.  « Le GARR se chargera des aspects touchant à la formation et la sensibilisation ainsi qu’ à la diffusion d’informations sur la réalité des femmes, et cela, tout en encourageant les autorités à inscrire dans leurs priorités la lutte contre les violences faites aux femmes à la frontière » , a expliqué la coordonatrice du GARR, une institution qui travaille depuis une vingtaine d’années pour la promotion de rapports empreints de justice et de respect mutuel à la frontiere haitiano-dominicaine.

 De l’avis de la directrice de Colectiva Muyer y Salud, Sergia Galvan, les changements doivent venir des deux pays qui partagent l’Ile.  Car, les problèmes de violences affectent à la fois des Haïtiennes évoluant à la frontière mais aussi des Dominicaines.

 « Nous avons un regard binational, nous travaillons avec les Haïtiens/nes aussi bien qu'avec les Dominicains/ne. Parce que ce problème nous concerne tous/tes », a ajouté Mme Galvan en précisant que l’institution qu’elle dirige se penchera sur la santé sexuelle et reproductive des femmes, dans le cadre de ce projet.

 Selon Giulia Morandin, la représentante de CIDEAL, l’appui à ce projet portera sur deux principaux axes : la prévention contre la violence et la santé sexuelle et reproductive des femmes de la frontière.

 Présente lors du lancement, la coordonatrice du Réseau des Femmes de Belladère, Yvonne Voltaire a remercié les représentantes des organisations initiatrices du projet pour leur solidarité à la cause des femmes dans cette commune frontalière. Mme Voltaire qui préside un comité pluridisciplinaire crée par le GARR en vue d’assurer la vigilance sur les cas de violence à l’encontre des femmes, a pointé du doigt l’impunité comme l’un des obstacles observés.

 « On a tendance à relâcher les agresseurs malgré la gravité de leurs actes. Or nous ne pouvons pas éradiquer le phénomène de violences contre les femmes sans punir les coupables. Nous continuons le dialogue avec les autorités de la justice pour les sensibiliser sur cet aspect qui a beaucoup d’importance pour les victimes et la société », a insisté la militante des droits des femmes.

 La cérémonie de lancement a pris fin par la présentation d’une étude intitulée « Fanm nan fwontyè, Fanm toupatou/ Femmes de la frontière et femmes de partout » qui met en évidence les différences sphères d’activités où les femmes migrantes haïtiennes subissent des violences. Cette étude a été réalisée par la chercheure anglaise Brigitte Wooding en appui au travail de Plaidoyer de Colectiva Muyer y Salud pour améliorer les conditions de femmes migrantes. Ces dernières sont exposées quotidiennement comme travailleuses domestiques, sexuelles, et dans le commerce frontalier.

blog comments powered by Disqus
Dernière modification le mardi, 28 mai 2013 15:34

Media

blog comments powered by Disqus

Login Form



pornolar hizli porno erotik porno porno dergisi satilik yavru kopek satilik yavru kopekleri satilik yavru kopek kopek pansiyonlari kopek pansiyonlari kopek pansiyonlari kopek oteli