pornolar sibel kekilli pornoları travesti porno sex videoları hd pornolar pornhub porno türbanlı sex seks hikaye türk seks hikaye seks fantezileri türbanlı seks hikaye erotik hikaye amat�r sex lezbiyen sikiş hd porno gay porno porno film izle rus porno sex izle t�rk pornolar asyali porno hd porno film izle mobil pornolar sik yalama canlı sohbet telefon sex telefonları seks itiraf cinsel hikaye porno hikaye türbanlı seks hikayeleri seks hikayeleri
23 Sep, 2017
jeudi, 04 décembre 2014 14:03

Haïti/Relocalisation des déplacés du camp KID : Des occupants se disent insatisfaits Spécial

Le camp Kid, à Christ-Roi, le 3 décembre 2014 Le camp Kid, à Christ-Roi, le 3 décembre 2014 Photo: GARR

Le processus de relocalisation des 450 familles déplacées du camp KID à Christ-Roi entamé le 21 août 2014 par l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) de concert avec la mairie de Port-au-Prince, est à sa phase finale. Cependant, des familles estimées à plus de 60 dont les dossiers n’ont pas été retenus, se montrent insatisfaites et réclament une reconsidération de leur situation.

 

Dans le cadre de ce programme, chaque famille a reçu 20,000.00 gourdes pour payer la location d’un espace d’habitation, a appris le GARR.

Au moment de démolir leurs tentes, le 3 décembre 2014, des déplacés ont critiqué les agents de la mairie de Port-au-Prince qui ne leur laissent pas assez de temps pour pouvoir se préparer à quitter l’espace.

« Que nous ayons trouvé un autre endroit ou non, les agents de la mairie nous ont intimé l’ordre de démolir nos abris dans un délai ne dépassant pas 3 jours. », s’est plainte une déplacée.

Mme Odile qui résidait au camp KID depuis le 13 janvier 2010, en a profité pour remercier le GARR qui, selon elle, avait donné un accompagnement digne de droits humains aux familles déplacées de Christ-Roi depuis le lendemain du tremblement de terre.

« Les déplacés de Christ-Roi, notamment ceux du camp KID, doivent beaucoup au GARR. N’était-ce l’accompagnement de cet organisme de droits humains, la faim nous aurait tués.», a-t-elle déclaré.

De son côté, Johanne qui faisait office de porte-parole des familles déplacées n’ayant pas encore reçu leurs frais de relocalisation, a critiqué le comportement des autorités qui, a-t-elle indiqué, décident de mettre à l’index une catégorie de familles sous prétexte qu’elles ne disposent pas de documents d’identité.

« Les familles victimes du séisme ne sont pas responsables de n’avoir pas de documents. Il revient à l’Etat haïtien de mettre en place de vrais programmes qui permettront aux victimes du séisme de recouvrer leurs documents perdus au moment de la catastrophe.», a-t-elle souligné.

Pour sa part, Marie Hélène, une autre déplacée, a déploré l’empressement des autorités à relocaliser les occupants-es du site sans leur donner du temps pour chercher une maison où ils pourront vivre en toute dignité.

Elle a par ailleurs exhorté les autorités haïtiennes à octroyer un meilleur traitement aux familles déplacées victimes du séisme du 12 janvier.

Soulignons que le rapport publié par l’OIM en septembre 2014 a fait état de plus de 85,000.00 familles déplacées qui résident encore dans 123 camps d’hébergement d’Haïti.    

blog comments powered by Disqus
Dernière modification le jeudi, 04 décembre 2014 14:29

Media

blog comments powered by Disqus

Login Form



pornolar hizli porno erotik porno porno dergisi satilik yavru kopek satilik yavru kopekleri satilik yavru kopek kopek pansiyonlari kopek pansiyonlari kopek pansiyonlari kopek oteli