pornolar sibel kekilli pornoları travesti porno sex videoları hd pornolar pornhub porno türbanlı sex seks hikaye türk seks hikaye seks fantezileri türbanlı seks hikaye erotik hikaye amat�r sex lezbiyen sikiş hd porno gay porno porno film izle rus porno sex izle t�rk pornolar asyali porno hd porno film izle mobil pornolar sik yalama canlı sohbet telefon sex telefonları seks itiraf cinsel hikaye porno hikaye türbanlı seks hikayeleri seks hikayeleri
18 Oct, 2018
mercredi, 21 février 2018 16:56

Les funérailles du migrant haïtien Jodesty Prucien célébrées en République Dominicaine Spécial

Photo: Archives GARR Photo: Archives GARR Vue de la tombe de Jeannot Succès, un migrant haïtien qui avait été assassiné par des militaires dominicains, le 13 août 2000

Les funérailles de Jodesty Prucien, 39 ans,  ont été célébrées, le 19 février 2018, en République dominicaine. La victime, originaire d’Anse-à-Veau, département de Nippes d’Haïti a été assassinée à l’arme blanche dans sa maison à Los Morenos, une localité de Villa Mella, municipalité située au Nord de Santo Domingo.   

En effet, le 15 décembre 2017, le migrant haïtien avait été attaqué par un groupe de  cambrioleurs dominicains qui avaient investi son domicile. Ces derniers avaient emporté plus de 5 mille pesos et 2 téléphones portables. Selon les propos du frère de la victime, Janel Prucien, les malfrats ont été relâchés seulement quelques jours après leur arrestation.

Le dimanche 18 février 2018, aux environs de 5 heures du matin, Jodesty Prucien avait été victime d’une nouvelle attaque de la part de 2 voleurs dominicains tandis qu’il se trouvait à son domicile. Il aurait été tué sur le coup, selon les propos de sa femme, Claudette Saint-Charles Prucien, lors d’un entretien avec le GARR.

Le migrant haïtien avait quitté Haïti depuis 2008. Il vivait  en territoire dominicain avec sa femme et ses trois (3) enfants. Il s’adonnait au petit commerce.

La police dominicaine a procédé à l’arrestation de 2 ressortissants dominicains en vue de déterminer leur éventuelle culpabilité dans ce crime odieux, a déclaré Mme Prucien.

Il convient de souligner que le bilan relatif à des cas d’assassinat d’Haïtiens en République dominicaine ne fait que s’alourdir. Du 20 janvier 2017 au 2 février 2018, cinq (5)  migrants haïtiens ont également été tués dans des circonstances presque similaires par des civils dominicains.

Au nombre des victimes figurent Jean Edmond et Jean Louis Dorélus, deux frères originaires de Lascahobas (Centre) qui ont été assassinés à Las Matas (République dominicaine), le 20 janvier 2018. Leurs cadavres se trouvent à ce jour dans une morgue privée à Lascahobas en raison d’un manque de moyens financiers pour organiser les funérailles.

Le GARR se préoccupe de la répétition de ces cas d’assassinat à l’encontre des migrants haïtiens en territoire voisin. Il s’indigne devant le silence des représentants diplomatiques haïtiens en République dominicaine. Ces représentants diplomatiques ne devraient-ils pas accompagner les parents des victimes en quête de justice et de réparation ?

Le droit à la vie est un droit sacré garanti par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme en son article 3 qui stipule que: « Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne ». Rien ne peut justifier une atteinte à un tel droit quel que soit le statut d’un individu.

Un appel urgent est lancé au gouvernement haïtien pour exiger de l’Etat voisin justice et réparation en faveur de ces 6 migrants haïtiens assassinés en moins d’un mois sur son territoire. Ce qui découragera la reproduction de tels actes et favorisera de meilleures relations entre les deux Républiques de l’île.

blog comments powered by Disqus
Dernière modification le mercredi, 21 février 2018 17:46

Media

blog comments powered by Disqus

Login Form



pornolar hizli porno erotik porno porno dergisi satilik yavru kopek satilik yavru kopekleri satilik yavru kopek kopek pansiyonlari kopek pansiyonlari kopek pansiyonlari kopek oteli