pornolar sibel kekilli pornoları travesti porno sex videoları hd pornolar amat�r sex lezbiyen sikiş hd porno gay porno porno film izle rus porno sex izle t�rk pornolar asyalı porno
23 Jun, 2017
lundi, 15 octobre 2012 22:15

LE MASSACRE DES HAITIENS EN REPUBLIQUE DOMINICAINE 75 ANS APRÈS Spécial

Des corps d'Haïtiens massacrés sous l'ordonnance du dictateur dominicain Trujillo Des corps d'Haïtiens massacrés sous l'ordonnance du dictateur dominicain Trujillo Photo: Suzy Castor

À l’occasion du 75ème anniversaire de la signature de l’accord haïtiano-dominicain le 15 octobre 1937 suite au massacre de 15000 haïtiens ordonné par le dictateur Rafael Leonidas Trujillo, nous publions un texte de l’historienne Suzy Castor à la mémoire des victimes et de leurs familles. 

Certains événements laissent des traces indélébiles dans la vie des peuples et  dans l’évolution postérieure des nations. Ils restent refoulés, diffus et menaçants en arrière-plan de la conscience collective s’ils ne sont pas définis et élucidés.   Dans les relations entre  la République d’Haïti et la République Dominicaine, le massacre des Haïtiens est un de ces faits qui, malgré leur importance, étaient complètement ignorés, ou ont laissé plusieurs générations d’Haïtiens dans une nébuleuse interprétation des parcelles de  connaissances,  inexplicables et inexpliquées. Soixante-quinze ans après ce grand  massacre, il faut reconnaitre que des efforts  ont été consentis   pour insérer  ce  drame  dans la mémoire collective haïtienne.  Plusieurs associations haïtiennes ont réalisé ce devoir de mémoire qui nous montre le  parcours accompli dans cette quête de réappropriation de notre histoire  par de larges  couches de la population.

 Ceci a tout son mérite car, contrairement à ce qui se passe actuellement, si nous nous référons  seulement à quatre ou cinq décades en arrière, peu d'Haïtiens s'intéressaient à cette problématique. Le grand visionnaire que fut Jean Price-Mars a ouvert ce chemin de la connaissance des relations haïtiano-dominicaines. Après lui, quelques voix se sont fait entendre dans certains essais ou œuvres littéraires. Mais, il faut avouer qu’une grande partie de ma génération, a vécu dans une quasi-totale ignorance de l'évolution de nos voisins et de nos relations avec eux, seulement quelques vagues notions des faits historiques et certains stéréotypes qu’à l’époque nous n'analysions même pas. En dehors de certains cercles, les échanges, même personnels entre Haïtiens et Dominicains, étaient rares.

Je peux rappeler ici un souvenir personnel. Lorsque  j'abordais une  recherche sur le massacre de 1937, interpellée par ce thème grâce à  la lecture du livre monumental de Jean Price- Mars, qui m’a  permis d’entrer dans les méandres de l‘étude des relations entre les deux nations, plusieurs amis dominicains, se sont interrogés sur le bien-fondé de «rouvrir les plaies du passé». Cependant, il était évident que cette connaissance a permis  d’appréhender, de comprendre  sans excuser, et de ramener  l’imaginaire collectif aux dimensions de la réalité.

Ce génocide  a été peut-être l’une des plus grandes tragédies  de cette période ! Du 2 au 4 octobre 1937, nous dit Jean Price Mars,  pendant trente-six heures, la symphonie rouge en nappes lourdes répandit la tristesse des sanglots, des lamentations, des hoquets d’agonie vomis par la multitude haïtienne. Quinze mille Haïtiens, hommes, femmes et enfants, vivant particulièrement dans la zone frontalière de la République dominicaine, tombés dans des embuscades, furent froidement  massacrés à l’arme blanche, exécutés dans les maisons, les prisons, noyés à la mer ou dans la rivière Massacre, dans une impitoyable chasse à l’homme qui n’était ni un acte isolé, ni  un mouvement spontané de population, car la solidarité fraternelle des Dominicains a sauvé beaucoup de vies haïtiennes. C’était bel et bien la politique terroriste de l’Etat dominicain appliquée par le dictateur Rafael Leonidas Trujillo, contre la population haïtienne qui  vivait en territoire dominicain avec pour toile de fond : le processus historique des relations complexes toujours tissées de violence entre les deux peuples  depuis le XIXème siècle ; les résultats de développement inégal favorisé par l’occupation américaine qui avait uni les deux peuples sous une même botte de 1916 à 1924 ; la réapparition du vieux fonds anti haïtien basé sur les facteurs raciste et ethnique toujours présent dans la définition de l’identité dominicaine ; la méfiance,  la peur de la présence de « braceros » haïtiens en République dominicaine ; le caractère dictatorial du régime post occupation assuré par le  général Trujillo. Cette matrice se révélera le terreau favorable pour planifier et exécuter  dans les détails un génocide qui n’avait pas de pareil à l’époque. 

 La soumission des gouvernants haïtiens a été aussi des plus monstrueuses. Après avoir essayé de traiter en catimini diplomatiquement ce massacre, 1'indignation nationale et internationale obligea le président Sténio Vincent à recourir à l’arbitrage d’une Commission interaméricaine intégrée par les Etats-Unis, le Mexique et Cuba qui n’est même pas arrivée à fonctionner. Le 31 janvier 1939, en effet,  un honteux accord bilatéral conclu avec le gouvernement dominicain accordait le paiement de 250 000 dollars américains au gouvernement haïtien. La première et dernière tranche de 100 000 dollars équivalait au paiement de 12 dollars par tête d’Haïtien! Et l'affaire fut officiellement close par  cette entente entre deux oligarchies, contre deux peuples ! Abdication  et trahison d’un gouvernement foulant aux pieds les droits du peuple haïtien et de 15 000 ressortissants assassinés.

Cet événement marqua définitivement un nouveau tournant dans la relation entre les deux pays, scellant de façon indiscutable l’hégémonie dominicaine. De manière continue, avec des tournants, dont le dernier en date est le tremblement de terre du 12 janvier 2010, cette hégémonie s’amplifie de plus en plus et se manifeste dans les champs démographique, politique, économique et social.  La modernisation avortée de l’occupation nord-américaine, la dictature rétrograde des Duvalier, les avatars de la transition post dictatoriale constituent quelques éléments qui expliquent une telle situation. Le 20 avril dernier, l’économiste dominicain Miguel Ceara Hatton notait : «  Certains calculs indiquent que la distance de développement entre Haïti et la République dominicaine est plus grande que celle qui sépare la République dominicaine des Etats-Unis d’Amérique». Le défi est immense face à un tel déséquilibre entre deux nations qui se partagent une île relativement petite de 76 750km2.

Plus que jamais,  75 ans après le  massacre des Haïtiens, les relations entre les deux pays sont  devenues beaucoup plus complexes. Il suffit de citer l’évolution de la réalité frontalière, l’intensité des échanges commerciaux, les changements dans les conditions de l’émigration. Se posent la nécessité  et l’urgence d’une solide coopération fraternelle afin que ces   deux peuples puissent pleinement assumer leur passé pour un futur meilleur d’autant que des avancées  dans une bonne direction semblent être faites pour ouvrir une nouvelle page dans les relations haïtiano-dominicaines, particulièrement après le séisme du 10 janvier 2010.

Le danger de l’accroissement de relations inégales entre les deux pays est indéniable. S’impose la rupture du  cercle qui continue à reproduire et à approfondir les différends entre les deux Etats pour faciliter  la normalisation et la redéfinition des relations. Il faut aborder avec un esprit novateur les changements survenus et les nouveaux facteurs qui caractérisent la situation. Seule une politique efficace pour la formulation de politiques, à partir des intérêts concrets et mutuels, permettra d’apaiser d’anciennes rancœurs qui tendent à s’aggraver, et d’assurer un futur empreint  de solidarité, de compréhension mutuelle dans une relation juste et digne.

 

Suzy Castor

                                                                                              CRESFED

 

blog comments powered by Disqus
Dernière modification le lundi, 15 octobre 2012 22:36

Media

blog comments powered by Disqus

Login Form



pornolar hizli porno erotik porno porno dergisi satilik yavru kopek satilik yavru kopekleri satilik yavru kopek kopek pansiyonlari kopek pansiyonlari kopek pansiyonlari kopek oteli